ล็อกอินเกมยิงปลา_สล็อตที่ทำเงินมากที่สุด_m คา สิ โน

Photo: Getty Images Sur les réseaux sociaux, le mouvement ?Tous contre un registre québécois des armes à feu? offre un modèle de résolution anti-registre à télécharger.

Les changements proposés par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, n’ont pas eu raison du mouvement actuel d’opposition au registre des armes à feu, en particulier en milieu rural. Seulement une arme sur quatre aurait été enregistrée, estime Québec.

??Ce qu’ils ont changé, c’est quand même mineur??, note Philip Tétrault, maire de Warden, une municipalité de 364 habitants au nord de Shefford, en Montérégie. ??Cet argent-là qu’ils vont dépenser, on devrait mettre ?a sur la santé mentale, c’est beaucoup plus là qu’est le problème que sur le fusil en tant que tel.??

Le 9?janvier, les élus de Warden ont adopté une résolution pour dénoncer le registre des armes, qui doit entrer en vigueur aujourd’hui.

??Un citoyen nous a envoyé un courriel pour nous dire que la municipalité de Potton avait fait adopter une résolution là-dessus et il nous demandait de faire la même chose??, explique le maire Tétrault. ??On l’a mis à l’ordre du jour et les conseillers ont voté pour ?a.??

à ce jour, 22 municipalités ont fait de même au Bas-Saint-Laurent, en Abitibi, en Estrie, dans Chaudière-Appalaches, dans les Laurentides, sur la C?te-Nord et en Montérégie, en plus des MRC de Pontiac et de Témiscamingue, lesquelles regroupent respectivement 18 et 19 municipalités.??C’est déplorable que ?a arrive, Polytechnique puis ces autres places-là, ajoute le maire de Warden. Mais c’est pas parce qu’il y a un registre que ces choses-là n’arriveront pas. Une arme, on peut en obtenir sur le marché noir, on peut en commander une de l’Ontario qui ne sera pas enregistrée et qu’ils vont nous livrer chez nous. C’est pas le fusil le problème, c’est la personne qui le tient.??

Les gens se demandent quand le gouvernement va charger [des taxes] pour les armes qu’ils ont inscrites

Le comté de Potton, en Estrie, avait été le premier à adopter une résolution, le 7?janvier. Le conseiller qui l’a proposée, Bruno C?té, n’a pas non plus été séduit par les assouplissements présentés la semaine dernière par la ministre Guilbault.

Jeudi, elle a promis de retirer de la Loi sur l’immatriculation des armes à feu trois irritants administratifs qui étaient dénoncés par la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs du Québec.

? Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.


Or, d’après M.?Roy, ces changements ont même accru la colère de certaines personnes. ???a a juste mis de l’huile sur le feu??, dit-il. Le fait d’entendre la ministre leur dire que le gouvernement avait ??écouté les gens??, pour faire des assouplissements qu’ils considèrent comme des ??babioles??, dit-il, aurait touché une corde sensible.

Il souligne que le premier ministre, Fran?ois Legault, avait voté pour le registre lors du vote libre sur la loi, l’an dernier. ??Arrêtez de nous dire que c’est le registre des libéraux?!?? lance-t-il. ??La tête de la CAQ voulait le registre et là, on l’impose. C’est ?a qui se passe.??

??Deux poids, deux mesures?? à la frontière

Dans le Témiscamingue aussi, l’insatisfaction perdure. Les récents assouplissements sont ??très esthétiques??, selon la préfète Claire Bolduc. ??C’est clair qu’il y a un malaise et ?a va au-delà des chasseurs versus les femmes violentées. Le malaise est aussi en lien avec le territoire ici. C’est un territoire de chasse, un territoire d’agriculture où il y a souvent des loups sur les terrains. Les producteurs d’agneau, par exemple, vont avoir à défendre leurs troupeaux??, dit-elle.

La MRC du Témiscamingue a, elle aussi, adopté une résolution sur le registre. Or, contrairement à Potton et à Warden, elle ne réclame pas son abolition mais plut?t un moratoire et une consultation élargie sur le sujet. Son libellé demande notamment au gouvernement de considérer ??les différences fondamentales entre les milieux ruraux et les milieux urbains en matière de comportements et d’inquiétudes face aux armes à feu??.

La préfète, qui elle-même ne chasse pas mais dont le conjoint est un ancien chasseur, explique que la réalité frontalière du Témiscamingue crée une situation de ??deux poids, deux mesures??. ??Les chasseurs sont limitrophes avec l’Ontario, où il n’y a pas de registre, et il y a beaucoup de pourvoiries. Les Américains, par exemple, arrivent avec leurs propres armes qui ne sont pas enregistrées??, mentionne-t-elle.

Quand on lui fait remarquer que c’est une réaction très forte, que le registre n’exige au fond qu’une démarche administrative qui n’empêchera personne de pratiquer la chasse ou d’avoir une arme, elle mentionne que les gens craignent également que l’immatriculation mène à l’ajout de taxes. ??Les gens se demandent quand le gouvernement va les charger pour les armes qu’ils ont inscrites.??

Un mouvement pas si marginal, selon la FQM

Pendant ce temps sur les réseaux sociaux, le mouvement ??Tous contre un registre québécois des armes à feu??, dirigé par le militant Guy Morin, enjoint les municipalités et les MRC à le contacter et offre un modèle de résolution anti-registre à télécharger.

Parmi les 22 municipalités et les deux MRC qui ont adopté une telle résolution, toutes ne réclament donc pas ouvertement l’abolition du registre. Certaines d’entre elles, comme Baie-Saint-Paul, n’ont pas non plus adopté de résolution à l’unanimité parce que leurs conseillers étaient divisés.

Quelle est donc l’importance réelle de ce mouvement quand on sait que le Québec compte pas moins de 1100 municipalités??

Chose certaine, ce n’est pas ??marginal??, selon le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Jacques Demers. ??Au début, on avait l’impression que c’était plut?t une minorité, mais là, ?a prend quand même de l’ampleur dans certaines régions et MRC??, dit-il.

Le sujet a d’ailleurs été abordé lors de la réunion de son exécutif la semaine dernière. ??Notre position, c’est de dire aux membres de respecter la loi. En même temps, on demande quand même au gouvernement d’écouter ces régions-là.??

Dans ce contexte, le gouvernement de la Coalition avenir Québec pourrait-il faire d’autres ajustements?? ??Non??, rétorque l’attaché de presse de la ministre Geneviève Guilbault, Jean-Fran?ois Del Torchio. ??On espère que les gens vont continuer à s’enregistrer??, dit-il, en soulignant que le ministère a enregistré un nombre record d’armes dans la journée de dimanche. Selon le dernier décompte, 370?264 personnes avaient immatriculé leurs armes, soit 27?905 de plus qu’il y a une semaine et 69?311 de plus que le 6?janvier dernier.

Le ministère de la Sécurité publique estime que 23?% des armes ont ainsi été enregistrées, sur un total de 1,6?million d’armes à feu sans restriction immatriculées au Registre canadien des armes à feu avant son abolition en 2012.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

  • Denis Paquette - Abonné 29 janvier 2019 07 h 13

    qui sont les gens suceptibles d'utiliser les armes a mauvais escient , voila les vraies questions

    peut être faudra-t-il faire une différences entre posséder une arme ou être suceptible de les utiliser, a mauvais escient , ce serait beaucoup plus utile de savoir qui sont ces gens , que de savoir qui possèdent des armes,

  • Fran?oise Labelle - Abonnée 29 janvier 2019 07 h 14

    Arguments ridicules des contrevenants

    «C’est un territoire de chasse, un territoire d’agriculture où il y a souvent des loups sur les terrains. Les producteurs d’agneau, par exemple, vont avoir à défendre leurs troupeaux »
    Ridicule. On ne parle pas de confisquer mais d'enregistrer. Un fusil enregistré tire aussi bien qu'avant.

    Quant au maire de Warden qui reprend le discours de la NRA, Lépine, Bissonnette ou Paddock (Las Vegas) auraient fait bien moins de victimes armés d'un couteau.
    Ces gens sont armés et se pensent au-dessus des lois. Des lois moins sévères qu'en Australie ou en Grande-Bretagne où il y a toujours des chasseurs. On n'a qu'à comparer les décès par arme à feu dans ces pays et aux USA pour comprendre que la réglementation des armes à feu, ça fonctionne.

  • Bernard LEIFFET - Inscrit 29 janvier 2019 07 h 42

    La liberté de conscience menacée par le gouvernement de la CAQ...

    Dans une société démocratique, ce n'est pas par un sondage de la majorité de citoyens qu'il est permis de faire n'importe quoi, contre une autre partie de la société. Cette pensée de la majorité que tente d'appliquer le gouvernement est loin de montrer des signes de neutralité et encore moins d'impartialité! Pire, c'est de la discrimination à outrance mettant en danger ceux dont la liberté de conscience est menacée. Tout ça pour faire bien et, pire, qu'on se le dise, pour dompter les chasseurs qui menacent, paraît-il la société! Avec quoi? Des armes de chasse déjà enregistrées au gouvernement fédéral, donc des armes d'épaule, fusil et carabine, armes légales. D'ailleurs je trouve ridicule et dangereuse, la proposition faite pour calmer le jeu, de ne pas indiquer la longueur du canon d'une arme! Ce qui prouve l'ignorance des initiateurs et ce pourquoi il y a discordance entre les citoyens : en coupant délibérement un canon, ce n'est plus une arme d'épaule, ni de chasse, mais plutôt une arme dangereuse, celle des criminels! Bref, mal élaboré, préparé sans consultation intégrale des parties, pas seulement avec une fédération liée au gouvernement, cette discrimation faite quant aux choix des armes de chasse devrait être dénoncée mondialement. Plutôt qu'une terre d'accueil, le Québec penche vers de douteuses restrictions! N'oublions pas qu'il y a des armes menaçantes partout, un véhicule, un couteau. Pour terminer, quelles sont les raisons de dénigrer ainsi les chasseurs qui, loin d'être dangereux, manient leurs armes en sécurité, les rangent en lieu sûr, sans importuner qui que ce soit. Comme auteur, dans l'Encyclopédie de la Chasse au Québec, il y a aussi un chapitre concernant la sécurité, édition épuisée (27 000 volumes), comme ancien instructeur pour le maniement des armes de chasse de la Fédération Québécoise de la Faune pendant plus de dix ans et comme ancien intructeur de la Fédération de tir du Canada, je plaide pour le respect de chaque citoyen...

    • Robert Bernier - Abonné 29 janvier 2019 12 h 04

      Vous écrivez: quelles sont les raisons de dénigrer ainsi les chasseurs ?

      Est-ce dénigrer les conducteurs automobiles que d'exiger un permis de conduire et un certificat d'immatriculation pour le véhicule?

  • Roch Yves Simard - Abonné 29 janvier 2019 07 h 48

    Un chasseur sachant chasser

    Comme il paraît que ce sont surtout les chasseurs qui sont en rogne, pourquoi ne pas exiger une preuve qu'ils ont enregistré leur(s) arme(s) avamt de leur émettre un permis de chasse. Ça aiderait peut-être!

  • Sylvain Duceppe - Inscrite 29 janvier 2019 09 h 15

    Incompréhention des Urbain

    A quoi bon le registre...Les gens sont manipulé par les Journaliste...Réveillé-vous...La preuve est faite même sur cette page...On parle d'environ 60 Municipalité qui on pris position contre ce registre a ce jour et d'autres vont venir...Pensez vous sérieusement que ce registre changera quelque chose...M. Bonnardel a annullé y'a 3 semaines un contrat de traversier au Iles De La Madeleine sous le prétexte de saine admnistration des fonds public...Vous ne pensez pas qu'il en va de même pour se registre qui en fait n'est que symbolique et que son utilité est a toute fin pratique inutilisable a ce jour...et qu'elle le restera sans doute parceque la grande majorité n'enregistreront pas leurs armes...Combien de Millions ont été dépensé selon vous pour obtenir le désuet registre du Fédéral...Y'en parle pas dans cette article...Allez donc voir sur you-tube la vidéo de l'ancien haut gradé de la S.Q. Jean Francois Brochu...Sa semble une gerre du plateau de Montréal et de Québec (ville) contre le reste du Québec...Mme Guilbault l'a dit la semaine passé en pleine conférence de presse...Pas d'enregistrement de la part des chasseurs allors le registre n'existera pas a toute fin pratique...Allors vous allez droit dans un gouffre avec cette prise de position...Souhaitons que les élus de la CAQ se réveille avant que l'on ai dépensé des centaines de millions comme le Fédéral.....Qui soit dit en passant cé bien rendu conte après près presque 2 Milliards d'englouti que cet outil ne servait a rien.