สล็อต ภาอังกฤษ_คาสิโนบนมือถือ_คาสิโน มาเก๊า เล่นยังไง

Valérie Plante entend rencontrer à brève échéance le promoteur Carbonleo et son homologue de Mont-Royal.
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Valérie Plante entend rencontrer à brève échéance le promoteur Carbonleo et son homologue de Mont-Royal.

Le projet Royalmount doit être revu, estime เครดิต ทดลอง เล่น ฟรี 500 บาทValérie Plante, qui entend rencontrer dès que possible le promoteur et le maire de Mont-Royal afin d’avoir un portrait précis de l’état des travaux.

Jeudi, la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation a recommandé que le projet de mégacentre commercial soit suspendu afin que celui-ci puisse être revu et réponde aux ??besoins de la population montréalaise??.

La Commission suggérait aussi à la Ville et à l’agglomération d’envisager des recours légaux si aucune entente ne pouvait être conclue avec le promoteur. ??Le promoteur a besoin de l’acceptabilité sociale. Je ne dis pas non au projet, a soutenu la mairesse vendredi. Mais il faut prendre un pas de recul.??

Mme?Plante veut rencontrer dans les plus brefs délais le promoteur Carbonleo, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, et les autres partenaires, comme la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, afin de discuter du dossier. Elle n’envisage pas pour l’instant la voie des tribunaux. ??La Loi sur l’aménagement et l’urbanisme nous donne des leviers pour agir sur la planification du territoire. Mais pour moi, c’est important d’y aller étape par étape, a-t-elle dit. Je compte énormément sur la bonne foi, et jusqu’à maintenant, les discussions qu’on a eues sont positives.??

Je ne dis pas non au projet. Mais il faut prendre un pas de recul.

?

Dans son rapport, la Commission soulignait que compte tenu de l’ajout récent d’un volet résidentiel au projet par le promoteur, une modification au schéma d’aménagement de l’agglomération de Montréal devrait être approuvée par les élus.

Projet conforme

Carbonleo et le maire Roy ont d’emblée accepté l’invitation de la mairesse. Mais Philippe Roy n’en démord pas?: dans sa forme actuelle, le projet Royalmount respecte la réglementation et le schéma d’aménagement. Il peut donc aller de l’avant. ??On est ouverts à des bonifications et on est prêts à s’asseoir pour en discuter??, précise-t-il toutefois.

Au sujet du volet résidentiel proposé récemment par le promoteur, il soutient qu’il reviendra à sa municipalité d’y acquiescer ou non. En 2014, le promoteur avait exprimé le souhait d’inclure une composante résidentielle, ce qui avait été refusé par Mont-Royal.

Jeudi, la Commission recommandait aussi que Québec crée un nouvel outil urbanistique pour assurer la cohésion dans les projets d’envergure régionale. ??Je suis sidéré par cette recommandation??, lance Philippe Roy. ??Depuis des décennies, Montréal fait des projets sans daigner nous consulter??, explique-t-il en citant la création du Marché central et du nouveau campus Outremont, qui ont des impacts négatifs pour sa municipalité sans les avantages.

Au cabinet de la ministre Chantal Rouleau, on indique que le gouvernement a l’intention de respecter l’autonomie des villes. La ministre est disposée à participer aux discussions, mais entend se limiter au r?le d’??agent facilitateur??, indique son directeur de cabinet adjoint, Simon-Robert Chartrand.

L’agglomération de Montréal a déjà le pouvoir de modifier son schéma d’aménagement, a-t-il rappelé.

Le ministre des Transports, Fran?ois Bonnardel, voit la situation d’un autre oeil. Il croit que son ministère n’aura d’autre choix que de s’inviter dans la conversation s’il constate que le projet Royalmount risque d’aggraver la congestion automobile. Fran?ois Bonnardel n’a pas voulu se mouiller sur une éventuelle ??intervention?? de son gouvernement, mais il a admis qu’il pourra difficilement demeurer sur les lignes de c?té si le dossier dérape.

Avec La Presse canadienne