แจกยูสเซอร์ฟรี_sbobet แจก เครดิต ฟรี _นำเข้า Slot ออนไลน์

La croissance économique attendue les prochaines années ne générera pas suffisamment de revenus pour compenser le co?t des largesses fiscales et budgétaires des républicains de Donald Trump.
Photo: Don Emmert Agence France-Presse La croissance économique attendue les prochaines années ne générera pas suffisamment de revenus pour compenser le co?t des largesses fiscales et budgétaires des républicains de Donald Trump.

Les beaux jours des politiques économiques de เครดิต ทดลอง เล่น ฟรี 500 บาทDonald Trump tirent à leur fin. Arrivent maintenant leurs conséquences en matière de croissance plus faible et d’endettement record pour les années à venir.

L’effet euphorisant sur l’économie des baisses d’imp?t et de l’augmentation des dépenses du gouvernement du président républicain finira de s’estomper cette année, a prévenu lundi le Bureau budgétaire du Congrès américain (en anglais CBO) dans un rapport sur les perspectives économiques et budgétaires aux états-Unis. De 3,1?% en moyenne l’an dernier, le rythme d’expansion de l’économie reculera à 2,3?%, cette année, avant de passer sous son potentiel normal de croissance les quatre années suivantes, à seulement 1,7?% en moyenne de 2020 à 2023, prévoit l’agence publique indépendante.

Les tarifs douaniers infligés depuis un an par Donald Trump aux importations de Chine et de bien d’autres pays, de même que leurs propres contre-sanctions, joueront un r?le relativement mineur dans ce ralentissement, estime le CBO, qui l’établit à environ 0,1?% par année pour les dix prochaines années.

93%
C’est le taux qu’est en voie d’atteindre la dette fédérale d’ici dix ans, soit le niveau le plus élevé depuis la période qui avait immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale.

Tous ces tarifs, que le président menace toutefois encore d’augmenter, ont essentiellement pour impact de miner la compétitivité des produits d’exportation américains ainsi que d’augmenter les prix aux états-Unis et donc d’y réduire le pouvoir d’achat des consommateurs et des entreprises.

La croissance économique attendue les prochaines années ne générera pas suffisamment de revenus pour compenser le co?t des largesses fiscales et budgétaires des républicains de Donald Trump, poursuit le CBO. Les déficits du seul gouvernement fédéral passeront ainsi de 779?milliards de dollars américains l’an dernier à environ 900?milliards cette année, puis à une moyenne de 1200 milliards par année jusqu’en 2028.

Des élus prodigues

Ces manques à gagner récurrents feront exploser la dette fédérale. équivalant à 78?% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de 2019, au double de la moyenne des 50 dernières années, cette dette est en voie d’atteindre 93?% d’ici dix ans, soit le niveau le plus élevé depuis la période qui avait immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, et de s’élever à 150?% en 2049. La situation pourrait être pire encore s’il venait aux élus du Congrès l’idée de reconduire certaines dépenses et baisses d’imp?t censées s’éteindre graduellement entre 2020 et 2025, auquel cas la dette fédérale pourrait déjà être à 105?% du PIB dans dix ans.

Selon ces estimations, les dépenses du gouvernement fédéral en intérêts sur sa dette dépasseraient son immense budget de la défense dès 2025. Ces estimations ne tiennent pas compte d’une éventuelle récession, qui plomberait les revenus et ferait exploser les dépenses des programmes sociaux.

Au moment d’adopter, en 2017, leurs augmentations de dépenses et les quelque 1500?milliards de baisses d’imp?t sur 10?ans principalement au profit des entreprises, mais aussi des particuliers, surtout les plus riches, les élus républicains avaient fait valoir que ces mesures se paieraient toutes seules par la croissance supplémentaire qu’elles allaient générer. Donald Trump faisait miroiter alors une croissance économique annuelle de ??4?%, 5?%, même 6?% éventuellement??.

?Shutdown?: pertes permanentes

Tous les dommages économiques infligés par le shutdown ne s’effaceront pas avec le temps, a estimé lundi le CBO. L’interruption partielle de services gouvernementaux (shutdown), qui a touché durant cinq semaines quelque 800?000 employés fédéraux, a eu le temps de co?ter environ 11?milliards de dollars américains à l’économie américaine avant que Donald Trump et le camp démocrate au Congrès conviennent d’une trêve au moins jusqu’au 15?février. La plupart des achats, des investissements et des services qui n’ont pas eu lieu devraient être repris plus tard cette année, mais 3?milliards, ou 0,02?% du PIB, semblent avoir été perdus pour de bon, dit le CBO qui ne tient pas compte des impacts indirects, par exemple des retards dans l’émission de prêts et de permis.